Mayotte

Nous voilà partis pour 2 semaines de plongées à Mayotte. Nous ne connaissons rien de cette île, il n’existe qu’un guide « petit futé » que nous n’apprécions pas donc nous y allons au hasard.

Alors pourquoi Mayotte, c’est la question qui nous revenu le plus souvent quand nous y étions.

C’est pas compliqué, au salon de la plongée à Paris en janvier 2015, nous avions pris de la documentation sur plusieurs pays et notre choix s’est fait sur Mayotte, notamment grâce à la présence des baleines à bosse pendant septembre, mais aussi car les fonds marins avaient l’air magnifiques.

Alors Mayotte, en effet, comme nous l’avons lu avant de venir et comme beaucoup d’expatrier nous l’ont dit, n’est pas forcément une destination super sûre. Mais bon, moi j’ai trouvé plus sur de me promener à Mayotte que dans certaines rue à Paris. Suffit d’un peu de bon sens, on ne sort pas avec les bijoux, ni beaucoup d’argent et on cache l’appareil photo. (Quand on y réfléchit c’est ce qu’on dit aux étrangers qui viennent à Paris 🙂

Il ne faut pas s’attendre à voir des touristes car il n’y en a casi pas, les expat ont tous été surpris de nous voir venir en tant que touristes car c’est vrai qu’il y a encore beaucoup à faire pour développer ce département : très peu d’hôtels, pas de bus, il existe qu’une seule route qui fait le tour de l’île donc pas super pratique car tout le monde l’a prend, et il faut bien le dire, la vie est quand même chère. L’idéale est de trouver une guesthouse avec une cuisine pour faire des économie niveau nourriture.

Nous avons commencé par 1 semaine sur Grande Terre. Nous avons loger à Boueni « les pieds dans l’eau » et nous plongions avec « Abalone ». Une voiture a été nécessaire pour se déplacer pendant la semaine sur grande terre. Bon assez parlé comme ça, laissons place aux images pour illustrer notre voyage. Nous commençons donc par 2 jours de plongées où nous plongeons profonds dans les passes le matin et moins profond dans le lagon l’après midi.

Le lundi, nous avions réservé un safari baleine avec Mayotte Decouverte et nous n’avons pas été déçus. Nous avons mis 2h à trouver notre première baleine avec son baleineau, mais nous ne resterons qu’une demi heure à l’observer car celle-ci est peureuse. Nous continuons sur notre lancée, et là les dauphins surgissent de nulle part, ils jouent dans les vagues et on nous dit que nous pouvons nous mettre à l’eau avec eux, trop bien. Mais dommage, trop peureux, ils ne restent pas et nous remontons sur le bateau décus, mais 10 minutes plus tard, les revoilà, nous retentons l’immersion et là, le rêve, ils sont là avec nous, ils sont curieux, viennent nous voir, nous les entendons communiquer sous l’eau, l’instant est magique.

Nous prenons le repas du midi sur une plage déserte, sable blanc, eau transparente avec tortue. Nous repartons et faisons un arrêt snorkeling puis retour au port.

ob_22994a_dsc07985

Le mardi, nous avions planifié de monter au Mont Choungui, nous trouvons le début du chemin, mais au bout de 10 minutes, nous laissons tombé car il n’y a plus de chemin, et vu ce qu’on nous a dit sur les attaques, nous ne préférons pas nous y aventurer. Donc nous rebroussons chemin, reprenons la voiture et tentons de trouver un autre chemin de rando qui nous ne trouverons jamais. Nous allons ensuite jusqu’à Sada car nous avions entendu qu’il y avait une boutique d’art artisanal. Nous sommes déçus en arrivant, il y a uniquement quelques sacs et chapeaux de paille.

Nous retournons pique niquer sur la plage de Ngouja et nous allons nous baigner en compagnie des tortues et profiter des makis joueurs et gourmands.

C’est reparti pour nos 2 derniers jours de plongées sur Grande Terre, toujours aussi sympa. Le dernier jour, nous avons même croisé une baleine quand nous nous rendions sur le site, donc nous l’avons suivi pendant une dizaine de minutes.

Le jeudi soir, nous profitons du dernier couché de soleil sur la plage car on ne sait pas comment sera situé notre auberge sur petite terre.

Le vendredi, nous rendons la voiture et partons direction Petite Terre. Toujours aussi compliqué de trouver un taxi à la barge car tout le monde saute dessus. Nous attendons une dizaine de minutes et la foule est partie, nous partageons enfin un taxi directement l’auberge « Villa coco ».

Nous plongeons du samedi au mercredi matin et après midi et les fonds sont bien différents de grande terre. Ni mieux ni moins bien mais différents.

Hugo s’est fait un copain sous l’eau, bon je suis un peu jalouse car il est très collant. Mais bon je le laisse en compagnie de ce rémora car ils sont mimi tous les 2 ! Il est marrant ce poisson, on dirait qu’on lui a marché sur la tête.

Etant donné qu’il est interdit de plonger la veille de prendre l’avion, le jeudi, nous avons donc décidé de refaire une sortie baleine. On a tellement apprécié la première, que nous voulons à tout prix en refaire une avant de quitter Mayotte. Nous ne serons pas déçus, de nouveau : à peine quelques minutes de navigation que des dauphins viennent jouer dans les vagues, nous restons un petit 1/4h à les observer, puis partons à la recherche des baleines.

Nous verrons 2 baleines que nous observons un moment puis elles laissent la place aux dauphins.  Ils sont entre 100 et 200 à nous entourés, le spectacle est magique. Nous avons la chance de pouvoir nous mettre à l’eau, mais ils sont un peu peureux et ne s’approchent pas autant qu’on le voudrait.

Une fois la mise à l’eau terminée on retourne chercher les baleines. Nous en trouvons 2 qui ne bougent casi pas, elles montrent leur dos, respirent et soufflent l’eau et de temps en temps elles plongent et nous laissent le plaisir de voir leur nageoire caudale. C’est du bonheur !

Nous achevons ce voyage sur cette note positive avec des souvenirs mémorables de la faune et flore sous-marine.

Publicités

Une réflexion sur “Mayotte

  1. Merci pour ce très beau reportage.
    Les poissons « Lion » que l’on retrouve souvent sur les photos des fonds à Mayotte, (on nous a dit en Guadeloupe) que ce poisson décime les autres… Avez vous entendu la même chose?
    En Guadeloupe il serait déclaré nuisible (d’après un plongeur rencontré sur une petite plage à l’Ouest de Grande Terre).
    Encore Merci pour votre blog
    Céline

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s